Sous-emploi

Deux ou trois ans après la fin des études, trop de jeunes restent en sous-emploi, coincés dans des jobs inférieurs à leurs compétences et sous-payés (1).

Faute de temps et de soutien, ils perdent la « niaque » indispensable pour relancer leur recherche de l’emploi qu’ils méritent.

Ils ne maitrisent plus les bonnes pratiques : en quelques années, leur carrière peut en être définitivement impactée.

Prim’job a été créée pour leur permettre de reprendre l’initiative et de relancer une recherche efficace. du job qu’ils méritent.

La solution : participer en petit groupe à un « stage commando » intensif de 45 heures en soirée sur 7 semaines, animé par des « pros » du marché du travail.

Prim’Job fonctionne à Lille et Reims.

 

(1) Quelques données sur les salaires nets en France dans cet article de « La Tribune » du 19 janvier 2017 : Revenu salarial net annuel moyen